Point of views [VANKENHOVE/CAINE/BALLARD/BOISSEAU]

Enregistrement août 2016 chez Cristal Records

[VANKENHOVE/CAINE/BALLARD/BOISSEAU]

alain siteboisseau sitecaine site

ballard site

La  rencontre avec Uri Caine, compositeur et pianiste émérite (Variations Goldberg-

Syndrome of Othello) a été l’occasion de découvrir « de l’intérieur » sa musique.

J’ai été immédiatement séduit par sa façon si singulière d’appréhender le répertoire classique, en faire émerger l’essence, lui donner un nouvel éclat par l’apport de sa culture jazz, avec un brio et une légèreté qui n’a pas d’égal dans le monde la musique aujourd’hui.

Lors de mon passage dans le Lester Bowie Brass Fantasy, j’ai été fort marqué par cette musique aux couleurs teintées de cette si atypique « serious-fun » attitude. Cette vision mélangeant une musique réfléchie à l’énergie des musiques populaires  n’a cessée de me poursuivre et marquer de son empreinte ma façon de faire la musique.

Ce que je retiens de mes années de jeunesse « hors musique » ou j’apprenais le dessin d’objets industriels, c’est la position de l’œil sur l’objet. Je n’ai cessé de faire de même avec la musique, changer d’angle de vue, pour donner au processus d’écriture plus de relief, plus de justesse, plus de richesse.

Après une image sonore « beyound mountains » très contemporaine, où mes univers improvisés et écrits du moment s’intriquaient à plaisir, j’explore, avec « point of views » les surfaces et profondeurs de l’héritage du jazz modern, inspiré de mes plages « Blue Note » préférées, et nourrit par mes expériences dans les musiques européennes.

Par cette rencontre, j’ai voulu confronter nos points de vues, si proches et si lointains, subtilement empreints d’expériences communes dans les musiques écrites et improvisées.

« Point of views » devient le reflet de nos expériences, une passerelle entre deux continents, deus territoires, deux cultures, le jazz et la culture européenne.

J’ai voulu une formule à quatre musiciens pour exprimer ce partage de points de vues, alors quoi de plus réjouissant que de convier deux compères aguerris, Sébastien Boisseau, à la contrebasse et Jeff Ballard, à la batterie pour poser ensemble les jalons de ce nouveau répertoire et magnifier cette rencontre.

Amicalement vôtre,

Alain